Partir étudier
ou travailler à l'étranger,
ça se prépare

J'habite à  , je veux aller vivre à 
La ville renseignée n'est pas encore disponible.
La ville renseignée n'est pas encore disponible.

Quand on part vivre à l’étranger, on perd tous ses repères culturels mais aussi budgétaires.
C’est pourquoi Banque Populaire a développé des services pour permettre aux expatriés de bien préparer leur nouvelle vie que ce soit pour étudier ou travailler.

Découvrir nos solutions

Flying Yak est une plateforme participative qui permet
de connecter dans plus de 1000 villes du monde tous
les ''Digital Nomads''* entre eux, de leur fournir des infos essentielles sur : les bons plans, le coût de la vie d’une ville
à l’autre, les meilleures opportunités professionnelles, les meilleurs spots d’une ville…

En savoir plus sur FlyingYak

* Nomades connectés

Le site www.lecoutdelexpat.com est le fruit de la bonne rencontre entre Banque Populaire et la start-up Flying Yak.
Toutes deux partagent des valeurs communes d'entrepreneuriat et de goût pour la découverte.
Vous pouvez aujourd’hui profiter d’un service utile et pratique pour comparer le coût de la vie entre votre ville de départ et votre ville d’expatriation.

Comparer le coût de la vie

Parole
d'+xpats

Ils travaillent et étudient à l'étranger.
Découvrez leurs expériences et leurs témoignages.

Natacha Birds

À Barcelone

Passionnée par les arts graphiques, web designer et illustratrice, Natacha est une jeune parisienne de 26 ans connue pour son blog «  Natacha Birds »  mêlant lifestyle, mode et beauté sur un ton onirique. Expatriée à Barcelone depuis bientôt deux ans, elle nous raconte son histoire.

http://www.natacha-birds.fr

Depuis combien de temps êtes-vous expatriée à Barcelone ?

Depuis fin Juillet 2014.

Dans quel cadre êtes-vous partie en Espagne ?

Mon mari et moi travaillons ensemble en free-lance et nous ne rencontrons que très rarement nos clients (aujourd'hui tout peut se passer par téléphone, mail ou par Skype). Nous vivions en région parisienne et nous rêvions de soleil et d'une vie plus zen pour notre petit garçon qui était alors âgé de 2 ans.

Qu’avez-vous vécu que vous ne pensiez pas vivre pendant votre séjour à Barcelone ?

Une nouvelle grossesse ! Nous pensions au départ ne rester qu'un an pour voir un autre pays ou rentrer en France, c'était un genre de test. Et puis finalement 1 an après le fameux déménagement nous avons décidé de faire un bébé espagnol et nous ne voulons plus du tout partir d'ici !

Qu’est-ce qui a été le plus dur à organiser avant votre départ en Espagne ?

Le déménagement est toujours un peu compliqué mais nous avons réussi dans l'excitation de ce nouveau départ à gérer ça avec le sourire ! En termes d'organisation tout s'est très, très bien déroulé ! Trouver un appartement sans parler la langue à été je pense le plus contraignant mais nous avons réussi !

Quels sont les avantages / inconvénients de vivre à Barcelone ?

Les avantages sont plutôt nombreux : Le soleil ! La mer, le sourire des gens, la vie coûte moins chère (surtout avec nos salaires français). Pour les inconvénients : l'apprentissage de la langue et l'éloignement avec la famille !

Quels seraient vos conseils pour ceux qui souhaitent s’expatrier en Espagne ?

D'apprendre peut-être la langue avant d'arriver ici.

Qu’est-ce qui vous manque le plus de la France ?

Nos proches sans aucune hésitation ! Ensuite des petites choses pratiques et puis notre nourriture : le pain, les viennoiseries...

Pourriez-vous partager avec nous quelques bons plans d’expatriée à Barcelone pour retrouver un petit bout de France ?

Il y a plusieurs petites épiceries françaises qui proposent des aliments qu'on peine à trouver en Espagne comme la crème de marron ou encore la grenadine ! Heureusement la France n'est qu'à quelques heures de Barcelone en voiture alors pas d'inquiétude pour le ravitaillement !

PAULINE

À New York

Pauline, presque 32 ans, modeuse éclectique, jeune maman happy, blogueuse depuis 2009, photographe à ses heures perdues et accessoirement spécialiste en déménagement international par la force des choses !

http://www.paulinefashionblog.com/

Depuis combien de temps êtes-vous expatriée à New York ?

Je suis tombée amoureuse de New York quand j'étais plus jeune, en regardant Sex & the City et en rêvant de devenir Carrie Bradshaw, les errances sentimentales en moins. Ce coup de foudre pour cette ville s'est confirmé lorsque j’y suis allée pour la première fois en vacances. À partir de là, je n'avais plus qu'une idée en tête, y partir quelques années. J'ai l'intime conviction qu'on ne découvre bien un endroit qu'en y vivant au moins quelques mois. J'ai de la chance, mon copain (qui est aujourd'hui mon mari) avait la même volonté !

Dans quel cadre êtes-vous partie au Etats-Unis ?

J'ai quitté mon boulot en France pour suivre mon mari qui avait décroché une bourse de recherche européenne pour un projet à New York. C'est d'ailleurs à ce moment-là que j'ai saisi l'opportunité de faire de mon blog mode mon activité à temps plein.

Qu’avez-vous vécu que vous ne pensiez pas vivre pendant votre séjour à New York ?

Tellement de choses ! Peut-être que ce que je ne pensais vraiment pas vivre, c'est de voir des baleines avec la skyline en décor. Nous avons eu de la chance cette fois-là ! Globalement, mes meilleurs souvenirs sont ceux du vendredi soir, la semaine de boulot terminée, quand on se demandait ce qu'on allait faire de notre week-end : un tour à Coney Island ou aux Rockaways, un pique-nique à Central Park, un brunch à Brooklyn, une Musical à Broadway, un footing au bord de l'east river, une balade à vélo sur Roosevelt Island, un coucher de soleil au sommet du Rockefeller Center ? Vivre chaque jour dans un décor de cinéma, c'est fou ! À titre professionnel, ma présence à New York m'a ouvert de jolies portes : j'ai pu notamment assister à 4 fashion weeks new-yorkaises, bien plus "fun" que les parisiennes ! J'étais comme une gamine dans un parc d'attractions ! Surtout quand il m'est arrivé de croiser en backstage des célébrités comme Kendall Jenner, Gigi Hadid mais aussi Blake Lively. J'ai aussi vu plusieurs fois l'iconique Anna Wintour et le regretté Bill Cunningham.

Qu’est-ce qui a été le plus dur à organiser avant votre départ aux Etats-Unis ?

Je commence à être rodée sur les installations à l'étranger et franchement, avec le recul, pour les USA ce n'est pas si compliqué si on est bien préparé. Tout se fait avant le départ au contraire d'autres pays où il faut tout faire une fois sur place. Le plus dur, ça a été de trouver l'opportunité qui allait nous y conduire, plus que les formalités d'installation qui sont pénibles mais pas vraiment compliquées. Ah, si ! Quand même... J'allais oublier une "petite" formalité : pour suivre mon copain et obtenir mon visa, j'ai dû l'épouser !

Quels sont les avantages / inconvénients de vivre à New York ?

L'avantage, c'est que tout est possible, tout le temps. On ne s'ennuie jamais, il y a toujours des choses à faire. Mais il y a des moments pendant ces deux années, où je rêvais sincèrement d'un week-end calme, sous la couette à regarder des séries sans rien faire. Mais à New York, la FOMO (fear of missing out) est plus intense qu'ailleurs. Si on ne fait rien, alors c'est qu'on est en train de rater quelque chose, de perdre son temps. Je pense que c'est parce que nous étions là-bas à durée déterminée, et que nos deux ans là-bas étaient comme un grand compte à rebours avant de devoir repartir, du coup on s'est mis une pression d'enfer pour en profiter au maximum. Je ne regrette absolument pas car au final, nous avons fait plein de choses que nous aurions sûrement repoussé à plus tard sans ce tic-tac-tic-tac qui nous rappelait qu'on n’était pas là pour toujours.

Quels seraient vos conseils pour ceux qui souhaitent s’expatrier aux Etats-Unis ?

Mon conseil, c'est d'avoir un vrai projet bien ficelé ! J'entends par là qu'il ne faut pas partir sur un coup de tête mais bien mûrir sa décision et savoir ce qu'on compte faire là-bas. "S'expatrier à l'étranger" ce n'est pas "partir en vacances" ! Se renseigner sur les opportunités professionnelles de son secteur, choisir avec soin la ville dans laquelle on compte s'installer, contacter des connaissances (même lointaines ou "virtuelles") qui vivent sur place pour leur demander des conseils et enfin s'assurer qu'on a un niveau en anglais correct pour démarrer (les progrès viendront vite une fois arrivé à destination mais encore faut-il disposer de bases solides), ne pas se décourager à cause des démarches administratives : voilà les 4 conseils que je donnerais !

Qu’est-ce qui vous manque le plus de la France ?

La gastronomie française ! Les burgers et les bagels à New York, les fondues et le chocolat en Suisse et aujourd'hui les schnitzels et les saucisses allemandes ne remplaceront jamais un bon un croissant au beurre ! Sinon, pendant les 2 ans à New York, ma famille et mes amis m'ont manqué ! New York c'est tout près et c'est loin en même temps. On peut facilement prendre l'avion, ce ne sont que 7h de vol, mais ce n’est pas donné donné donc on ne le fait pas juste pour un anniversaire ou parce qu'on a un petit coup de blues.

Pourriez-vous partager avec nous quelques bons plans d’expatriée à New York pour retrouver un petit bout de France ?

D'un point de vue gourmand, il y a plein de chouettes adresses très "frenchy" à New York, de la boulangerie Eric Kayser pour trouver une excellente baguette à la Brasserie COGNAC pour des gougères ou un Boeuf Bourguignon. Le 14 juillet, rdv sur la 60ème pour le "Bastille Day" où les français de New York se retrouvent pour célébrer l'art de vivre à la française ! C'est un bon moyen de répertorier toutes les adresses françaises de New York, car les professionnels ont des stands (crêpes, macarons et autres réjouissances culinaires mais pas que !) Sinon, la FIAF (French Institute Alliance Française) organise périodiquement de très chouettes événements (notamment des conférences sur le thème de la mode qui sont passionnantes).

Laura Pouliquen

À Hong Kong

Après avoir passé 6 mois en Floride dans le cadre de l’année de césure de son école de commerce, Laura n’avait plus qu’une seule idée : repartir. 1 an après, la voilà donc débuter sa carrière professionnelle à Hong Kong. Entre journalisme, blogging, et découverte d’adresses insolites, celle-ci est tombée amoureuse d’une ville ou rien ne semble impossible…

https://laufromparis.com/

Depuis combien de temps êtes-vous expatriée à Hong Kong?

Je suis restée expatriée à Hong Kong 1 an et 8 mois. Aujourd’hui, je suis rentrée en France mais je continue à travailler au jour le jour avec Hong Kong sur divers projets… avec la volonté d’y retourner un jour.

Pourquoi avoir choisi Hong Kong pour vous expatrier ?

Je dirais plus que c’est Hong Kong qui m’a choisie… En effet, j’ai eu la chance d’être contactée via mon compte LinkedIn & mon blog laufromparis.com. Une chose est certaine : je n’ai pas hésité une seule seconde ! J’ai découvert au fil des jours la richesse de Hong Kong… Véritable pont entre l’Orient et l’Occident, Hong Kong a beau n’être pas plus grand qu’un grain de riz sur la carte du monde, son dynamisme lui donne un rôle international ! Son atout principal : son cadre naturel. Randonnée, natation, navigation… la multitude des plages et des réserves naturelles permet de s’échapper de l’agitation de la ville dès que possible.

Dans quel cadre êtes-vous partie à Hong Kong?

J’ai été embauchée pour concevoir la stratégie social media d’une boutique en ligne de marques engagées pour le bien-être de l’enfant. À mon arrivée, j’ai également rejoint la rédaction du petit journal Hong Kong, le journal des Français et francophones à l'étranger. Une belle opportunité pour faire des rencontres intéressantes et être au fait de la culture à Hong Kong !

Qu’avez-vous vécu que vous ne pensiez pas vivre pendant votre séjour à Hong Kong ?

Beaucoup de choses… négatives et positives. La pauvreté d’abord : le fait de devoir vivre et s’adapter à 4 colocataires de nationalités différentes dans un minuscule appartement (les loyers sont très chers.) Les petits soucis de santé dus à la pollution également. Le positif ? Des treks conduisant à des plages paradisiaques perdues en pleine nature, une ville qui ne dort jamais et le sentiment de sécurité extrême.

Qu’est-ce qui a été le plus dur à organiser avant votre départ à Hong Kong ?

Je n’ai pas spécialement été confrontée à des difficultés avant mon départ à Hong Kong mais j’ai veillé à m’assurer de certains points : Lorsque l’on souhaite travailler à Hong Kong, il est impératif d’obtenir un visa de travail qui doit être demandé par son futur employeur auprès des services d’immigration de Hong Kong. Cette démarche peut être périlleuse puisqu’il faut réussir à convaincre une entreprise de vous embaucher vous plutôt qu’un hongkongais ! S’il s’agit d’une entreprise française implantée à Hong Kong, il n’y aura normalement aucun problème puisque vous parlez français. Je me trouvais personnellement dans ce cas de figure : j’ai toujours été embauchée par des groupes français à Hong Kong donc pas de souci de ce côté là. (Pour info, depuis l’année dernière, il est possible d’obtenir un visa vacances-travail.) Par ailleurs, j’ai veillé à trouver un appartement depuis la France afin de m’éviter les frais d’hôtel. Pour cela, j’ai rejoins les pages Facebook populaires et actives à Hong Kong. Beaucoup y postent des annonces et on y rencontre des personnes adorables prêtes à nous conseiller ! Je pense par exemple au groupe Facebook Club VI & YP Hong Kong. Finalement, j’ai pris le soin de souscrire à une assurance (Assur Travel) comprenant les assurances rapatriement, responsabilité civile, hospitalisation ainsi que prise en charge des frais de santé. En effet, tout employeur a l’obligation de souscrire une assurance à ses employés au terme de sa période d’essai. D’ici là, il est donc préférable d’en souscrire une par nous-même.

Quels sont les avantages / inconvénients de vivre à Hong Kong ?

Concernant les avantages, je dirais tout d’abord le climat qui est subtropical. À Hong Kong, nous bénéficions de octobre à décembre d’une température entre 20 & 25 °C, de janvier à mars de 10 à 15°C et d’avril à mi-mai d’une température de 23°C en moyenne. Ce climat influence le mode de vie de ses habitants expatriés. Les expatriés à Hong Kong passent énormément de temps dehors, on y trouve de nombreux rooftops, plusieurs plages et parcours de hikes. Moi, ayant beaucoup de mal avec la grisaille et le froid, je prends du plaisir à être dehors à Hong Kong. 2ème avantage : les salaires qui sont globalement beaucoup plus élevés qu’ailleurs. Derniers avantages : les destinations paradisiaques ne sont pas loin, il n’y a aucun mégots de cigarettes sur les trottoirs, les magasins sont pratiquement tous ouverts 24/24, et les transports en commun sont très propres, climatisés (il est interdit d’y manger et d’y boire.) Au quotidien, ce sont des détails qui changent la vie ! Les inconvénients sont la pollution de l’air due principalement aux usines et centrales en Chine, l’absence de sécurité de l’emploi, aucune cotisation pour la retraite et pas de sécurité sociale.

Quels seraient vos conseils pour ceux qui souhaitent s’expatrier en Chine / à Hong Kong ?

Question pratique, je conseillerais à ceux qui souhaitent s’expatrier à Hong Kong de se renseigner sur les visas de travail (voir question 5) et de partir avec quelques économies (le coût de la vie est assez cher). Autrement, il faut accepter de sortir de sa zone de confort et de ne pas toujours être en situation de contrôle ! En effet, le système à Hong Kong est l’inverse du nôtre. En France, nous avons un système très social avec énormément de charges alors qu’à Hong Kong, il n’y a pas de charges sur les salaires. La raison ? Le travail est la priorité à Hong Kong et la préoccupation principale des hongkongais est de travailler 6 jours par semaine, voire 7. D’ailleurs, les contrats locaux possèdent entre 10 et 25 jours de vacances max (pour ma part, j’en avais 15.) Il faut également accepter qu’il n’y a aucune sécurité de l’emploi à Hong Kong et qu’il est possible de se faire renvoyer du jour au lendemain sans aucune aide. D’autre part, il ne faut jamais oublier que nous sommes chez eux et de ne pas avoir la prétention de vouloir les changer - ça a l'air stupide dit comme ça mais il faut entendre certaines conversations d'expatriés à Hong Kong... Et surtout, il est impératif de garder son calme et d’avoir de l’humour ! Certaines situations sont cocasses et celles-ci se débloquent avec un sourire bienveillant plutôt qu'avec une dispute !

Qu’est-ce qui vous manque le plus de la France ?

La famille. La diversité (climatique et la dans les paysages.) Les véritables débats et confrontations d’idées. Les terrasses de café et la beauté de Paris. Pour le quotidien, il manque bien-sûr notre inégalable système de santé français.

Pourriez-vous partager avec nous quelques bons plans d’expatriée à Hong Kong pour retrouver un petit bout de France ?

Si Hong Kong possède une forte tradition de cuisine locale, il compte également de nombreux restaurants internationaux ! Brasseries françaises tout droit importées du Marais, bar à tacos, petites pizzerias, boulangeries (dont la maison Kayser), toutes les envies peuvent être satisfaites ! Je pourrais vous citer une multitude d’adresses mais parmi les plus récentes : - Tartine, restaurant français dans le quartier de Central à Hong Kong. Cette adresse propose des tartines imaginées par le chef étoilé Philippe Orrico (Upper Modern Bistro, ON Dining) pour le groupe Art de Vivre d’Arthur de Villepin (Yellow Korner, Pont des Arts) - Ivy, le dernier de Gaia Group, restaurant français proposant des plats du sud de la France : salade niçoise, tomates/burrata, poulet aux olives…